Le Bisphenol A : les produits de remplacement ont la même dangerosité

Bisphenol titre

Alors que depuis le 1er janvier 2015, la fabrication, l’exportation, l’importation et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du bisphénol A (BPA) sont interdites par la France, une étude de l'Inserm alerte sur la dangerosité des substituts à ce perturbateur endocrinien. 

 

 

« Le Bisphénol A est un composé chimique issu de la fusion entre deux phénols et une molécule d'acétone. Découvert en 1891, il est utilisé en 1930 pour la recherche d'oestrogènes de synthèse mais ne fut jamais utilisé à cet effet. Il est aujourd'hui utilisé dans la fabrication de polycarbonate et de résines époxy. »

 

Bisphenol

Le bisphenol présent dans les plastiques, les canettes, les boites de conserve et les papiers thermiques 

 

Où trouve t’on le bisphénol ?

En 2003, plus de deux millions de tonnes métriques (2 milliards de kilogrammes) de BPA ont été produites dans le monde et se retrouvent dans des produits de tous les jours, notamment :

 

- Biberons en polycarbonate (aujourd'hui interdit en france)

- Bouteilles pour le sport

- Contenants de 18 litres pour distributeurs d’eau

- Boîtes de conserve et canettes en aluminium

- Instruments médicaux

- Plats et ustensiles de plastique

- Jouets de plastique

- Scellant dentaire

 

Le bisphénol est surtout utilisé pour tapisser l'intérieur de certaines boîtes de conserve, de canettes (principales sources d'exposition pour l'homme).

En 2008, 90% des biberons contenaient du Bisphénol A et 95% des américains en rejetaient dans leurs urines, preuve que nous en ingérons une très grande quantité.

 

 

 

Comment le bisphénol A se retrouve dans notre corps ?

Du BPA résiduel peut migrer du contenant vers le contenu et le contaminer. C'est lorsqu'on chauffe les récipients (ex: certains récipients plastiques qui sont utilisés pour les four à micro ondes) à teneur en BPA que ce dernier se libère et peut alors migrer vers l'alimentation. Ou encore en cas de contenu acide ou lors de lavages avec des détergents et rinçages insuffisants. Ingéré, on le retrouve dans les urines et le sang, ainsi que dans le liquide amniotique.

En 2009, il a été conclu qu’il existait d’autres sources d’exposition au BPA que l’ingestion, en particulier à travers la peau. En effet, les personnes en contact régulier avec des tickets de caisse ou des reçus de carte de crédit, papiers dits thermiques présentent des taux de BPA plus élevés que la moyenne. En tant que révélateur de la coloration à l’impression, le Bisphénol A est présent sous forme libre dans un grand nombre de tickets de caisse ou des reçus de cartes de crédit (papier thermique). En Belgique une proposition de loi (19 mai 2011) a été déposée au Sénat de Belgique visant à interdire le bisphénol A dans les tickets de caisse et reçus de carte de crédit.

Les effets néfastes du bisphénol A

Le BPA agit comme perturbateur endocrinien. Il est ainsi impliqué dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction (Déformations génitales chez les nouveau-nés garçons, Baisse de la qualité du sperme de l’homme, Trouble des systèmes hépatique et reproducteur), l'obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète de type 2, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d'attention chez les enfants et  des problèmes comportementaux comme le déficit d’attention, l’hyperactivité et la dépression

En fait, on estime qu’à des doses équivalentes et même parfois plus faibles que celles mesurées dans la population, le BPA peut modifier le fonctionnement de plus de 200 gènes.

Les substituts seraient tout aussi dangereux (et non réglementés)

Bisphénol S (BPS) et bisphénol F (BPF) provoqueraient en effet le même niveau de perturbation hormonale sur des cellules masculines que le BPA selon une équipe de chercheurs français. "C'est la première fois qu'on montre l'effet dangereux du BPS et BPF sur une fonction physiologique chez l'homme", expliquent les scientifiques qui signent cette recherche dans la revue spécialisée Fertility & Sterility.

Aucune réglementation sur ces substituts...

L'Union européenne a banni le BPA en janvier 2011 des biberons en plastique. En 2013, la France en a interdit l'utilisation dans les contenants alimentaires destinés aux enfants de 0 à 3 ans. En janvier 2015, son interdiction a été étendue à toutes boîtes ou bouteilles à usage alimentaire.

"Bien qu'ils aient une structure chimique proche de celle du bisphénol A, leur dangerosité n'a jamais été testée chez l'homme, et il n'y a actuellement aucune réglementation les concernant", expliquent le CEA et l'Inserm dans un communiqué. Or le bisphénol S et le bisphénol F sont des produits de remplacement du bisphénol A, utilisés notamment pour les tickets de caisse.

Marie laure konig artiste peintre et blogueuse Facebook Google + Twitter Instagram Pinterest Horsealot Yummypets

 

bien-être écologie

Ajouter un commentaire