ART ZEN - Emission radio RVM - L'art abstrait est-il accessible à tous ?

Masque titre artzen abstrait

L'art abstrait est t'il accessible à tous

Aujourd’hui, nous allons parler de l'art abstrait avec l'artiste Sandra GADRET.

Un petit voyage dans le temps et quelques explications sur les formes et les couleurs...

Emission du 18 novembre 2015 sur la radio RVM 93.7 

L'art abstrait est-il accessible à tous ?

En podcast sur le site de RVM : https://www.radio-valois-multien.fr/emissions/art-zen

Si cette émission vous a plu, laissez votre commentaire sur : https://www.radio-valois-multien.fr/articles/posts/art-zen#comments

Flechehaut Ecoute de l'émission

Lecture de l'émission Flechebas

Bonjour et bienvenue à l’écoute de cette émission : Art Zen

Je me prénomme Marie-Laure et je suis artiste peintre de profession.

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’art abstrait.

L’art abstrait est-il accessible à tous ? Est-ce que tout le monde peux le comprendre ou le pratiquer ?

Mais avant de répondre à cette question, nous allons faire un léger voyage dans l’histoire.

L'invention puis l'évolution de la photographie au 19e siècle libère la peinture de la représentation de la réalité. Le peintre George Braque écrivit à ce sujet « La peinture est de plus en plus proche de la poésie, maintenant que la photographie l’a libérée du besoin de raconter une histoire ».

KandinskyDans les arts plastiques, l'art abstrait est un « langage visuel » né au 20e siècle. Il n'essaie pas de représenter « les apparences visibles du monde extérieur», mais tente de donner une contraction du réel ou encore d'en souligner les « déchirures ». L'art abstrait peut se passer de modèle et s'affranchit de la fidélité à la réalité visuelle. Il ne représente pas des sujets ou des objets du monde naturel, réel ou imaginaire, mais seulement des formes et des couleurs pour elles-mêmes.

Des formes et des couleurs pour elles-mêmes…

Kandinsky considérait que les couleurs et les formes pouvaient communiquer des vérités spirituelles, cachées derrière les apparences quotidiennes et qui sont difficiles à décrire par les mots.

Le peintre Vassily Kandinsky est considéré comme le fondateur de l'art abstrait. Il a peint sa première aquarelle abstraite Sans titre en 1910. Ses œuvres du début des années 1910, à Munich, emploient un éventail impressionnant de couleurs et de techniques picturales. Dans les écrits de Kandinsky, celui-ci annonce clairement avoir abandonné les apparences extérieures dans l'espoir de pouvoir communiquer plus directement les sentiments au spectateur.

« L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible » déclare Paul Klee.

Fernand Léger, de retour de guerre où il découvre la beauté de la machine et l’importance des formes géométriques, fut ébloui par une culasse de 75 ouverte au soleil : « Elle m’en a plus appris pour mon évolution plastique que tous les musées du monde » déclare t’il. Le rond de cette culasse de canon se retrouve souvent dans son œuvre.

Un jour, mon mari et moi Img 1975rencontrons Sandra Gadret. Artiste peintre de renom, cotée chez Drouot, qui commença sa carrière artistique en peignant des animaux, surtout des chats, de manière très stylisée.

Puis elle dérapa vers l’art abstrait.

A Courtisol, dans l’atelier de Sandra, nous voyons des chats et des tableaux pleins de tâches hautes en couleurs, puis des cercles noirs, des lignes, noires et blanches… et tout cela sur de la toile, du plexi, de l’alu..

Tableaux affublés de titres tels : « tempête », « ailleurs », « triomino »… Bref, tous ces traits, tâches, courbes avaient un nom !!

"Ouaip, bah demain je te fais le même !"

Et mon mari me répond : "vas-y, fais-le !"

Ok, donc, me voici après 10 ans d’abstinence peinturlurique partie acheter toiles, peinture et pinceau…

Et je me lance dans l’art abstrait…

Et comment dire…

Grace à Sandra, je me suis remise à peindre… des chevaux !!

« 

MLK - Bonjour Sandra, je viens de raconter à nos auditeurs le début de notre grande amitié. C’est une petite histoire qui cherchait à illustrer que l’air abstrait n’est pas aussi accessible que ça. Racontes-nous un peu comment tu en es venue à l’art abstrait ?

S. Gadret – Oui, tout à fait tu as raison de préciser que l’art abstrait n’est pas accessible forcément à tout le monde. On a la sensation que ça paraît simple au niveau peut-être du graphisme ou des couleurs mais effectivement, l’art abstrait c’est quand même un sentiment et une façon de s’exprimer qui n’est pas forcément évidente à transmettre par le biais de la peinture.

MLK – Tu n’as pas commencé à peindre de l’abstrait ?

S. Gadret – Non tout à fait. J’ai commencé à peindre du figuratif un peu comme tout le monde quand on commence à vouloir peindre. On peint ce que l’on voit, dans les paysages, le corps humain. On apprend quand même beaucoup et ça me paraît indispensable de passer par cette phase, on apprend les techniques, les différentes matières, les différents supports et une façon d’équilibrer sa création. Et si on n’a pas les bases, ça me paraît difficile de se lancer dans l’abstraction.

MLK – Et toi, dans ton art, qu’est-ce qui t’inspire, qu’est-ce que tu recherches en peignant de l’abstrait maintenant ?

S. Gadret – Dans l’abstraction, ce que je recherchais et ce que je ne pouvais pas justement retranscrire dans le figuratif, c’est vraiment cette liberté d’expression, de ne pas être obligée, de ne pas être tenue justement par un cadre, un arbre ou un animal dans ces couleurs. Par exemple, je parle de chat parce que je suis attirée par cet animal, si j’ai envie de faire un chat violet, rien ne m’en empêche. Alors que si on veut faire du figuratif il faut s’en tenir au sujet, on n’a pas forcément beaucoup de liberté d’expression. L’abstraction c’est vraiment être libre dans son expression.

MLK – Quand tu dis que tu peins un chat violet, ce n’est pas de l’abstraction, c’est un peu du naïf ?

S. Gadret – ça peut être aussi du naïf.

MLK – L’abstraction c’est oublier le réel.

12308370 522459271253890 5128343207859345675 nS. Gadret – Tout à fait, quand je parle du chat, pour moi il est figuratif mais pour l’œil extérieur, l’œil du visiteur, ne le voit pas forcément, il n’est pas figuratif pour lui. Moi, je le pense figuratif, je le vois très très bien mais l’œil du visiteur ne le vois pas du tout ou pas forcément au premier coup d’œil. Quand je dis que c’est un chat, après les gens regardent un peu mieux. Avant de trouver les éléments du chat, par exemple, je ne mets pas les yeux, ça ne me paraît pas indispensable. Ce que je veux faire ressortir c’est justement le mouvement, ou la force du dessin. Le détail ne m’importe peu dans l’abstraction. On peut deviner que c’est un chat, sans avoir l’œil ou la couleur du chat. C’est vraiment le mouvement ou la position qui va faire qu’on devine le chat, par une moustache qui traine par là. C’est plus les personnes qui apprécient cet animal qui vont le voir.

MLK – C’est vrai que dans tes peintures, ils y en a où l’on devine l’animal mais tu as des peintures aussi qui sont tout dans la géométrie, dans la couleur, qui représente ce que toi tu as voulu y mettre.

S. Gadret – Oui, en fait c’est vraiment un instant présent quand on peint de l’abstraction. Ça va vraiment transpirer ce que l’on a sur le cœur au moment précis on l’on peint. Ça reflète notre état d’âme et c’est vrai qu’il est très personnel. Et c’est très difficile pour moi de vendre une toile abstraite quand il y a eu une signification importante pour moi. Par exemple une dispute ou la perte d’un ami, enfin des choses fortes. C’est vraiment très difficile d’y mettre un tarif et de le vendre. Il y a des toiles que je ne peux même pas vendre parce qu’elles sont vraiment très importantes pour moi.

Je peins souvent des ronds, bon, je l’analyse maintenant, c’est pas évident de savoir pourquoi l’on peins comme ça, mais quand on fait un rond je pense que c’est le côté protecteur, être dans sa bulle en fait. C’est vrai que le rond est souvent là pour me rassurer. Il y a des choses, des éléments dans mes peintures abstraites qui sont vraiment significatives et elles touchent d’ailleurs les personnes qui ont généralement le même ressenti que moi à ce moment là. Je peins avec mon cœur, mes pensées, mes colères.

Beaucoup de personnes pensent que l’abstraction, vient quand on broie du noir c’est pas vrai, on peut aussi transmettre des émotions positives sans avoir vécu quelque chose de négatif. On exprime mieux dans la douleur c’est plus profond que quand on est heureux je pense, mais on peut quand même très bien s’amuser quand on est heureux.

MLK – Mais quand tu parles justement de l’œil du visiteur, il y a des visiteurs qui adhèrent, qui trouvent des émotions à regarder des œuvres abstraites. Mais tu en as d’autres qui disent, un peu comme moi, dans ma petite histoire « oui, bon, c’est pas compliqué, demain je fais la même ! ». Tu leur répondrais quoi à ces gens là si tu devais te lâcher un peu ?

S. Gadret – Toujours en vie fb2Généralement quand on pense ça, c’est qu’on a pas prit le temps de regarder l’ensemble du travail de l’artiste. C’est comme Picasso, on dit ce qu’il peint c’est gentil, tout le monde peut le faire, comme tu as pu dire sur les miennes, mais il y a tout un savoir faire et une facilité de s’exprimer sur la fin de sa vie parce que il a un passé en peinture qui fait que tout se qu’il va pouvoir faire va être facile pour lui à poser parce qu’il a cette dextérité de mouvement et cet équilibre qui vient spontanément quand il peint. On ne peut pas en arrivant comme ça devant une toile sans jamais avoir prit un peu de notion ou de cours, arriver à la même chose. On en a la sensation parce qu’effectivement ses trais sont très fluides et la couleur paraît simple, mais il y a tout un dégradé de couleurs, la position va être posée d’une façon qu’elle est équilibrée.

MLK – Peut-être que j’aurai dû dire : « Je peux reproduire la même chose mais pas créer la chose ».

S. Gadret – Copier la même chose, créer et le penser par moi-même c’est déjà plus difficile. Il faut quand même un peu de notions et un peu de bases en peinture. Il faut vraiment s’enrichir à regarder, aller voir des expositions, parler avec les artistes. 

»

Sachez, mesdames et messieurs que l’art abstrait répond à des codes…

Les couleurs tout d’abord.

"Couleur rime avec humeur". C’est ce que nous enseigne la chromothérapie (thérapie par la couleur) : à chaque couleur est associé un type d’émotion bien défini. Nous utilisons tous les jours des expressions qui rendent compte du lien entre une couleur et une émotion : rire jaune, broyer du noir, voir rouge, être vert de rage, voir la vie en rose, avoir une peur bleue, le vert de l’espoir…

Par exemple, si vous vous mettez à l’écoute de vous-même le matin avant de vous habiller, vous allez naturellement sentir quelles sont les couleurs qui vous conviennent pour cette nouvelle journée. La couleur est comme une nourriture pour le corps émotionnel. Si vous vous sentez fatigué, mettez du rouge consciemment. Vous vous apercevrez que vos vêtements vont vous donner de la vitalité et si vous n’aimez pas le rouge choisissez un orangé, il vous apportera de l’énergie et un côté joyeux, spontané.

Pour la peinture, c’est pareil. En fonction de votre humeur, de ce que vous souhaitez exprimer, des couleurs vous viennent plus facilement que d’autres.

Lorsque vous choisissez une couleur, vous exprimez inconsciemment votre attirance ou votre rejet pour la palette émotionnelle portée par cette couleur.

Et ainsi vous indiquez vos préférences, dans une échelle de référence universelle.
Vous indiquez ainsi les émotions qui vous portent, et celles qui vous dérangent. Ainsi vous dites qui vous êtes.

Puis les formes aussi ont quelque chose à dire.

Les formes et les figures géométriques, comme les couleurs, les sons et la musique donnent des sentiments, et influencent  donc l’état psychique de l’être.

Par exemple on dit que la sphère représente le milieu parfait, le cercle représente l’espace clos.

Une ligne verticale évoque la force, la dignité, la vérité. Elle s’apparente aussi à la rigidité, à l’immobilisme alors que L’horizontale est synonyme de calme, de repos, de tranquillité, d’horizons largement ouverts. Mais aussi, tel un gisant, de mort.

La courbe s’apparente à la plénitude, à la féminité. Mais elle évoque également la mollesse.

Selon le Bauhaus, les formes primitives sont : Le rectangle, le cercle, le triangle 

Le cercle est synonyme de perfection, d’absolu, d’infini.  Le triangle représente l’harmonie, la proportion, la sécurité.  Le carré est solide, stable. Il symbolise l’absence rassurante de tension. C’est le support idéal pour une information neutre et objective. Le rectangle s’apparente au carré. Présenté à la française, c’est-à-dire à la verticale, il est plus dynamique. A l’italienne, c’est-à-dire à l’horizontale, il produit un effet panoramique.  Le losange signifie vie, le passage, l’échange. La flèche évoque le mouvement.

Voilà, nous arrivons à la fin de Art Zen.

Alors à bientôt et restez zen !

Sandra GADRET : site www.peinture-emotions.fr    Facebook : https://www.facebook.com/Sandra.Gadret.Artiste

Marie laure konig artiste peintre 400 Facebook Google + Twitter Instagram Pinterest Horsealot Yummypets

scrap enfants éducation RVM radio

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau